La famille et l'Etable

 

         Jésus est né à Bethléem, dans une étable, nous dit les Evangiles. Nous pouvons nous poser légitimement la question : pourquoi le Fils de Dieu naît-il dans cet endroit si misérable, destiné à l’origine aux animaux ; ne mérite-t-il pas mieux, Lui qui est le Messie, le Roi de l’humanité ? Pourquoi Dieu choisit-il ainsi de faire naître son Fils dans une étable sobre et retiré du monde ? « Car il n’y avait pas de place dans les salles d’hôtes… » (Luc 2, 7)

Ces sales d’hôtes, en effet, étaient pleines à craquer ce soir-là qu’elles n’ont pas su accueillir Marie et Joseph en besoin et qui trouvent donc refuge dans une étable. Contrairement aux salles d’hôtes, l’étable représente un lieu dépouillé de tout : on y trouve à peine quelques animaux et de la paille. C’est aussi un lieu pas très beau à voir, où on n’a pas forcément envie d’y vivre, mais qui en une nuit seulement va accueillir le plus merveilleux trésor. L’étable nous dit ainsi l’humilité même de Dieu en Jésus Christ, qui ne revendique pas sa condition divine mais qui prend la nôtre complètement.

Nos vies, nos relations ne sont pas toujours des lieux 5 étoiles où règnent la paix et l’Amour, mais au contraire des pauvres étables blessées par le désespoir, la vengeance ou la discorde. Dieu veut naître là où dans nos cœurs, dans nos vies tout est blessé ou rompu, il veut y déposer ses grâces. 

Toutes les portes des salles d’hôtes sont restées fermées à Joseph et Marie, car toutes leurs places étaient déjà remplies : « revenez plus tard ». L’étable est le seul lieu qui restait, offert gratuitement, et qui invite à une rencontre. Combien de choses peuvent passer à la superficie de nos vies sans que nous nous en rendions compte ? Cela s’appelle simplement la connaissance. La rencontre au contraire, vécue dans la simplicité profonde et dans la confiance, raffermit la relation. Dieu n’est pas venu seulement pour se faire connaître à nous, mais pour demeurer en nous, pour entrer en relation avec nous. En naissant de l’étable, Dieu vient me rencontrer dans mes joies et aussi dans mes peines, mes obscurités.

Dans nos vies, nos relations, nous sommes aussi parfois comme ces hôtels fermés à l’époque de Jésus. Nous avons tant à faire que nous en oublions les joies de la rencontre, nous nous contentons d’avoir quelques nouvelles mais plus d’écouter, de comprendre vraiment, et de passer du temps avec. Dieu est pourtant le premier qui donne de Lui-même, de son temps, de sa vie, de son Amour pour nous rencontrer.

La relation entre l’étable et la famille ?

Comme l’étable, la famille doit être ouverte à tous, et non pas avoir des portes fermées à double tour. Une famille fermée au monde, au dialogue et à l’entraide se meurt petit à petit dans le matérialisme et l’égoïsme. La famille doit être aussi humble qu’une étable, c’est-à-dire elle ne cherche en tout temps à montrer ses 5 étoiles parfaites (un bon mariage, de beaux enfants, une belle maison…) mais elle apprend en toute occasion, même les plus difficiles, à faire triompher la vie et l’Amour de ses paroles et ses actions. La famille est enfin un lieu de rencontre, rencontre avec Dieu et rencontre avec les autres (de ma génération ou non), rencontre qui nous fait passer de la simple connaissance à la vraie amitié, au vrai Amour. C’est le lieu qui nous apprend à sortir de nous-mêmes, pour discerner les signes de Dieu.